Pays de la Loire

Portrait culturel

Date de publication : 28/01/22, Dernière mise à jour : 06/05/22

Pays de la Loire fait partie des six circonscriptions régionales métropolitaines qui n’ont pas été fusionnées à l’issue de la loi du 7!!!août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République, dite loi NotRe. D’une superficie de 32!!!100!!!km2, elle compte 3,8 millions d’habitants, et contribue pour 3!!!% à la richesse nationale. La région se place en huitième position selon ces critères de superficie, de population et de produit intérieur brut. Formée de cinq départements, la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, la Mayenne, la Sarthe et la Vendée, elle compte 1!!!238 communes, 69 établissements publics de coopération intercommunale et 1 métropole!!!: Nantes, l’une des plus anciennes puisque son statut de métropole d’équilibre a été acté en 1964.

        

—    Données de contexte  

Géographie

Bordée à l’ouest par le golfe de Gascogne, la région Pays de la Loire bénéficie d’un façade atlantique longue de plus de 350 km, entre la baie de Pont-Mahé au nord-ouest du département de la Loire-Atlantique et la baie de l’Aiguillon au sud du département de la Vendée. Le littoral des Pays de la Loire est formé de côtes rocheuses (100 km) et sableuses (250 km) soumises à l’érosion. La région compte également, au large du continent, les îles d’Yeu et de Noirmoutier. Le littoral compte également de nombreux marais maritimes (marais de Guérande, estuaire de la Loire, marais breton et poitevin). Tout comme le Centre-Val-de-Loire qui la borde à l’est, la région est marquée par le fleuve qui la traverse!!!: l’axe ligérien structure les activités économiques et détermine la répartition de la population. L’estuaire de la Loire se caractérise aussi par les installations industrialo-portuaires de Saint-Nazaire, un port à l’emprise spatiale parmi les plus importantes du territoire. À l’est, les collines de Vendée, les massifs du Coëvrons, plus au nord les Alpes mancelles et les collines du Perche forment le relief de la région.
Plus de 80!!!% des surfaces au sol sont des territoires agricoles, contre 51!!!% en France. La surface occupée par les forêts et milieux semi-naturels, en revanche, est de 9!!!% en Pays de la Loire contre 31!!!% sur l’ensemble du territoire national. 
Avec 117 habitants au km2, la région a une densité de population comparable à celle de la France métropolitaine. Si 22% de la population régionale vit dans des espaces densément peuplés, la moitié d’entre elle vit dans des espaces peu ou très peu denses. Dans les Pays de la Loire, 58!!!aires d’attraction des villes concentrent 93!!!% de la population. Un habitant sur deux réside dans les aires d’attraction de Nantes, Angers, Le!!!Mans ou Saint-Nazaire. 
En 2018, un Ligérien sur deux réside dans une commune rurale[1]. Le dynamisme démographique y est fort, notamment dans le rural sous l’influence d’un pôle d’emploi. Dans ces communes, les couples avec enfants sont davantage présents que dans les communes rurales autonomes. Le rural attire plus souvent les ouvriers quand les cadres plébiscitent davantage l’espace urbain.

Démographie

Au 1er janvier 2018, 3,8!!!millions de personnes résident dans les Pays de la Loire, soit 6!!!% de la population française. Avec une croissance de la population de 0,7!!!% par an entre 2013 et 2018, supérieure à la croissance française, les Pays de la Loire figurent parmi les régions métropolitaines les plus dynamiques avec l’Occitanie et après la Corse. Ce dynamisme repose à la fois sur l’excédent des arrivées sur les départs, avec un solde migratoire de + 0,4!!!% par an sur la période, et sur l’excédent des naissances sur les décès, avec un solde naturel de + 0,2!!!% par an. C’est en Loire-Atlantique que la croissance démographique est la plus forte (+1,2!!!%) tandis qu’elle est négative dans la Sarthe (-0,1!!!%). La Loire Atlantique et la Vendée sont deux départements particulièrement attractifs, ils gagnent des habitants grâce au solde migratoire (respectivement +0,8!!!% et +0,7!!!%).
Avec 1,87 enfant par femme en 2019, les Pays de la Loire sont la quatrième région métropolitaine la plus féconde, à égalité avec Auvergne‑Rhône‑Alpes et les Hauts‑de‑France, alors qu’elle occupait la première place entre 2003 et 2010. La Mayenne (2,03 enfants par femme), la Sarthe (1,96) et le Maine-et-Loire (1,91) sont les départements les plus féconds.
Le vieillissement est légèrement moins marqué dans la région qu’en France!!!: on compte 79 personnes âgées de 65!!!ans ou plus pour 100 personnes âgées de moins de 20!!!ans, contre 82 en France. La population est la plus vieillissante en Vendée (104 personnes de plus 65 ans ou plus pour 100 jeunes de moins de 20 ans), dans la Sarthe (88) et en Mayenne (87). À l’inverse, c’est en Loire-Atlantique que la population est la plus jeune (71).

Niveau de vie

En 2019, dans les Pays de la Loire, le niveau de vie annuel médian des habitants s’élève à 21!!!850 euros par an!!!; il est très légèrement inférieur au niveau de vie médian en France métropolitaine (21!!!9300 euros). La région se classe en quatrième position en matière de niveau de vie de sa population, derrière l’Île‑de‑France, Auvergne‑Rhône‑Alpes et la Bretagne. Le niveau de vie médian est le plus élevé en Loire‑Atlantique (22!!!910 euros)!!!; à l’inverse, il est le plus faible en Mayenne (21!!!000 euros). Avec la Bretagne, Pays de la Loire est la région française la moins inégalitaire!!!: le rapport entre le revenu disponible des ménages les plus aisés et celui des plus démunis est le plus faible (2,8 contre 3,4 en France) et cela concerne tous les départements de la région, de la Mayenne (2,6) à la Loire-Atlantique (2,9). Les ménages les moins dotés ont un revenu disponible par unité de consommation inférieur à 12!!!880 euros (contre une moyenne de 11!!!620)!!!; les plus aisés ont un revenu supérieur à 35!!!770!!!euros (contre 39!!!600 en moyenne métropolitaine). L’écart entre les cinq départements est de 400 euros pour le niveau de vie du premier décile, et de 5!!!300 euros pour le niveau de vie du neuvième décile.
Plus de la moitié des ménages fiscaux sont imposés dans les Pays de la Loire (55,2!!!%), un taux légèrement inférieur à a moyenne métropolitaine (57,5!!!%)!!!; c’est le cas dans l’ensemble des départements, de la Mayenne (50,2!!!%) à la Loire-Atlantique où près de six ménages fiscaux sur dix le sont (59,5!!!%). 
En 2019, le taux de pauvreté dans les Pays de la Loire est le plus faible de France avec celui de la Bretagne (10,7!!!% contre 14,5!!!% en France). Avec 9,1!!!% de sa population vivant avec moins de 60!!!% du revenu médian, la Vendée affiche le taux de pauvreté le plus bas de la région, tandis qu’il est le plus élevé dans la Sarthe (13,2!!!%). En Vendée, le taux de pauvreté des moins de 30!!!ans est de 10 points inférieur à la moyenne métropolitaine. C’est dans la Sarthe, où plus d’un jeune sur cinq (23!!!%) est concerné, que le taux de pauvreté des jeunes est le plus élevée. 

Économie

En 2018, le produit intérieur brut des Pays de la Loire s’élève à 117,6 milliards d’euros, soit la huitième région en matière de production de richesse. Rapportée à sa population, la richesse par habitant (31!!!110 euros) est inférieure à la moyenne nationale mais supérieure à la moyenne de la France métropolitaine hors Île‑de‑France (30!!!270 euros). En termes de PIB par habitant, la région se situe au troisième rang des régions de France métropolitaine hors Île‑de‑France, derrière Auvergne‑Rhône‑Alpes et Provence‑Alpes‑Côte d’Azur. Le PIB par emploi dans la région (72!!!480 euros) est légèrement inférieur à celui de la France métropolitaine hors Île de France (74!!!840 euros)!!!: la productivité apparente du travail est légèrement plus faible que dans la plupart des autres régions métropolitaines, hors Île-de-France.
Si l’économie est diversifiée à l’échelle de la région, les orientations sont marquées localement[2]. L’industrie domine dans neuf zones d’emploi, portée par des activités phares telles que l’agroalimentaire ou la fabrication de matériel de transport. Par rapport à des territoires comparables, l’industrie est aussi surreprésentée dans les grandes agglomérations et les zones littorales, même si elles restent majoritairement tournées vers les fonctions stratégiques ou la sphère présentielle (activités mises en œuvre localement pour satisfaire des besoins des personnes présentes). Dans trois zones d’emploi aux pourtours de la région, l’agriculture domine.

Marché du travail

Avec 1,6!!!millions d’emplois en 2019, soit près de 6!!!% de l’emploi total en France, la croissance de l’emploi est de 1,6!!!% dans la région entre 2018 et 2019. L’emploi est particulièrement dynamique en Loire-Atlantique (+2,3!!!%) qui concentre 41!!!% des emplois régionaux!!!; la Vendée, qui compte 17!!!% des emplois régionaux, affiche une croissance de 1,9!!!%. C’est dans la Sarthe que la situation est la moins dynamique en termes d’emploi!!!: la croissance est nulle en 2019.
La part de l’emploi industriel est importante dans la région!!!: il totalise 16!!!% des emplois, contre 12!!!% en France. En Vendée (21!!!%) et en Mayenne (20!!!%), un emploi sur cinq est exercé dans le secteur industriel. La part du tertiaire, en revanche, est plus faible dans la région qu’en moyenne en France!!!: moins 4 points de % pour la part du tertiaire marchand (46!!!%), et moins 2 points de pourcentage pour le tertiaire non marchand (28!!!%). Les emplois tertiaires marchands sont cependant inégalement répartis selon les départements!!!: en Mayenne (38!!!%), dans le Maine-et-Loire ou en Vendée (41!!!%), leur part est beaucoup moins élevée que la moyenne régionale, tandis qu’à l’inverse, ils sont très présents en Loire-Atlantique où ils rassemblent plus de la moitié des emplois (52!!!%).
En 2019, les deux tiers des actifs Ligériens sont en emploi (67,3!!!%), soit 3 points de plus qu’au niveau national (64,2). La part de retraités (29!!!%), attirés par la façade littorale, est légèrement supérieure à la moyenne nationale (27!!!%).
Avec la Bretagne et la Bourgogne-Franche-Comté, Pays de la Loire est la région la moins touchée par le chômage!!!: le taux de chômage s’établit à 7,0!!!% de la population active régionale en moyenne en 2020, alors qu’il est de 8,0!!!% en France. Dans les cinq départements de la région, Il reste inférieur au taux national. Il est le plus bas en Mayenne (5,7!!!%) de la population, et le plus élevé dans la Sarthe (8,2!!!%).


Niveau d’éducation

Un peu plus du quart de la population régionale âge de 15!!!ans ou plus et non scolarisée (28!!!%) est diplômée de l’enseignement supérieur et ils sont 45!!!% à être titulaires au moins d’un baccalauréat. La part des non-diplômés est comparable à la moyenne nationale!!!: 26!!!% de la population est peu ou pas diplômée, contre 27!!!% en France. Plus d’un tiers de la population est diplômée de l’enseignement supérieur en Loire-Atlantique, et plus d’un quart dans le Maine-et-Loire, deux départements qui abritent les principaux pôles universitaires de la région. À l’inverse, près d’un tiers de la population mayennaise est peu ou pas diplômée, et 22!!!% y est diplômée du supérieur.
Enfin, 14!!!% des jeunes âgés de 15 à 24!!!ans ne sont ni en emploi ni en formation, c’est-à-dire déscolarisés et confrontés à des difficultés d’insertion, une part moindre qu’en France (17!!!%).

Qualité de vie

La région compte 2 millions de logements dont 83!!!% de résidences principales et 11!!!% de résidences secondaires, une part très légèrement supérieure à la moyenne nationale. Enfin, parmi les résidences principales, 13!!!% sont du locatif social (15!!!% en France).
Pour les actifs en emploi, l’accès quotidien au lieu de travail est une composante importante de leurs conditions de vie. Les habitants de la région parcourent en moyenne 12!!!km pour se rendre au travail. En 2015, dans les Pays de la Loire, comme en France métropolitaine hors Île-de-France, huit personnes sur dix utilisent la voiture pour se rendre au travail. Les personnes qui vont travailler le plus souvent en voiture résident dans les communes peu denses. Dans ces communes, l’offre en transports en commun est peu développée et le nombre de personnes en emploi qui y résident est supérieur au nombre d’emplois disponibles, ce qui les conduit à s’éloigner de leur lieu de résidence. 
Avec sa façade atlantique longue de près de 400 kilomètres, la région est attractive pour le tourisme balnéaire. Le littoral mais aussi l’arrière-pays et le fleuve Loire bénéficient de mesures de protections du patrimoine naturel et culturel. 230 sites au total, représentatifs de la variété des terroirs et des paysages régionaux, sont inscrits ou classés, comme le Val de Loire inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, les sites littoraux de l’île d’Yeu en Vendée, les marais salants de Guérande en Loire-Atlantique ou le passage du Gois en Vendée, les vallées de l’Erve (Mayenne) et de l’Erdre (Loire-Atlantique) ou encore les Alpes Mancelles en Sarthe et en Mayenne. Emblématiques de l’identité ligérienne, ils contribuent à l’attractivité des Pays de la Loire et constituent une richesse patrimoniale mais aussi un enjeu économique participant pour une large part au dynamisme de l’activité touristique. 

—    Données culturelles 

Offre culturelle

Patrimoine, lieux de visite et de spectacle, médiathèques, bibliothèques et points de lecture, librairies labellisées…, la région Pays de la Loire compte un peu plus de 3!!!500 sites, lieux et équipements culturels, soit 5!!!% de l’ensemble de l’offre culturelle du territoire. La Loire-Atlantique et le Maine-et-Loire sont les deux départements les mieux pourvus et rassemblent la moitié (52!!!%) de l’offre culturelle de la région. La Mayenne et la Sarthe sont les moins dotés et rassemblent chacun 13!!!% de l’offre. 
Les monuments historiques classés (près de 600), inscrits (près de 1!!!500), les monuments partiellement classés et inscrits (une soixantaine) ainsi que les édifices labellisés Architecture contemporaine remarquable (une cinquantaine) dont l’architecture a moins d’un siècle, représentent les deux tiers des sites culturels de la région. Tous ne se visitent cependant pas. Plus de 1!!!400 autres lieux, de visite, de spectacle et de documentation maillent le territoire régional. 
Avec plus de 1!!!000 établissements de lecture publique, les bibliothèques, médiathèques et autres points de lecture représentent sept établissements culturels sur dix. 80!!!% d’entre eux se situent en zone peu dense. Dans ces communes rurales, sept équipements de lecture publique sur dix disposent d’une surface de moins de 100!!!m². Il s’agit parfois de simples relais lecture desservis par la bibliothèque départementale de prêt. Ces points relais permettent de garantir aux habitants des Pays de la Loire l’accès au livre sur une grande partie du territoire. Le rapport s’inverse en revanche dans les communes denses, où les équipements de lecture publique sont d’une surface plus importante!!!: plus de neuf d’entre eux sur dix ont une superficie supérieure à 100 m² dans les espaces densément peuplés, et cela concerne huit équipements de lecture publique sur dix dans les espaces de densité intermédiaire. 
Autre équipement culturel de proximité, la région Pays de la Loire compte également près de 130 cinémas, pour plus de 330 écrans et 63!!!000 fauteuils. Parmi ces établissements, une quinzaine sont des multiplexes équipés de plus de huit écrans, le plus souvent situés dans des zones densément peuplées, qui concentrent 14!!!% de l’offre cinématographique. Quatre cinémas sur dix sont situés dans des zones intermédiaires et près de cinq sur dix (46!!!%) dans des zones peu denses. Les cinémas labellisés Art et essai sont plus présents dans les zones rurales!!!: 70!!!% des cinémas sont labellisés Art et essai dans les zones peu denses. La labellisation permet ainsi de garantir la présence sur les territoires moins pourvus d’équipements œuvrant à la diffusion de la diversité cinématographique.
En matière muséale et patrimoniaux, la région abrite 54 musées de France. Les 46 musées de France ouverts au public cette année-là ont attiré 1,6 millions d’entrées en 2019, dont plus de la moitié (53!!!%) sont réalisées par les onze musées de Loire-Atlantique. La région compte également trois monuments nationaux!!!: le château d’Angers, tour à tour palais comtal d’une dynastie anglaise, forteresse imprenable du royaume de France, demeure iconique du fameux roi René, château-prison, qui abrite aussi la Tapisserie de l’Apocalypse, et plusieurs jardins remarquables!!!; l’abbaye de Fontevraud, ancienne abbaye d’inspiration bénédictine également centre culturel de rencontre, et la maison de Georges Clemenceau à Saint-Vincent-sur-Jard qui abrite également un jardin remarquable. En 2019, le château d’Angers et la maison Georges Clemenceau ont généré 271!!!700 entrées, dont plus de 90!!!% pour le château d’Angers.
La région compte également 21 Jardins remarquables et six Maisons des Illustres qui ont généré 73!!!000 visites en 2019. Douze villes sont classées Villes et pays d’art et d’histoire dans la région, dont la dernière labellisée en 2019, est Saint-Nazaire.
Enfin, il faut souligner la forte identité culturelle revendiquée par la métropole nantaise qui a fait de la ville un laboratoire de la culture comme fer de lance du développement économique et de l’attractivité de la ville.
 

Emploi culturel

Professions culturelles

Avec près de 26!!!400 actifs qui déclarent une profession culturelle au titre de leur activité principale, les Pays de la Loire comptent 1,7!!!% de professionnels de la culture parmi l’ensemble de ses actifs soit 0,6 point de moins qu’en moyenne nationale. Les professionnels des arts visuels et des métiers d’art rassemblent plus d’un tiers de ces professionnels (35!!!%, dont 21!!!% travaillent dans le domaine des arts graphiques, de la mode et de la décoration), les artistes, cadres et techniciens du spectacle près d’un autre tiers (29 %). Les femmes représentent 46!!!% des professionnels de la culture en Pays de la Loire soit une part équivalente à la moyenne nationale (45 %) mais légèrement inférieure à l’ensemble de la population active de la région (48 %). Deux professionnels de la culture sur cinq (40 %) sont non-salariés contre 38 % en moyenne nationale. 
C’est en Loire-Atlantique que la part de professions culturelles est la plus élevée (2,3 %), suivie par le Maine-et-Loire (1,6 %). La position culturelle dominante de la Loire-Atlantique s’illustre par la forte concentration des professions culturelles des Pays de la Loire au sein de ce département. En effet, le département concentre plus de la moitié des professions culturelles de la région (51!!!% contre 39!!!% des actifs toutes professions confondues), près de deux tiers des architectes de la région y résident, ainsi que 54!!!% des professions littéraires. Par ailleurs, 29!!!% des professions du patrimoine des Pays de la Loire travaillent dans le Maine-et-Loire, alors que le département ne concentre que 20 % des professions culturelles. 

Secteurs culturels

L’emploi culturel se mesure également par le nombre d’actifs dans les différents secteurs d’activité qui relèvent du champ culturel. Parmi eux, certains exercent une profession non culturelle (secrétaire dans un théâtre par exemple). On compte ainsi près de 26!!!500 actifs des secteurs culturels en région Pays de la Loire, soit 1,7!!!% de l’ensemble de la population active de la région. Les actifs des secteurs de l’audiovisuel et du multimédia sont sous représentés dans la région, avec seulement 8 % d’actifs contre 16!!!% en moyenne nationale. 
La Loire-Atlantique et le Maine-et-Loire sont, là encore, les départements au sein desquels la part d’actifs culturels est la plus élevée, avec respectivement 2,4!!!% et 1,5!!!% de leur population active travaillant dans un secteur culturel. La Loire-Atlantique s’illustre comme le centre de l’activité culturelle régionale et concentre plus de la moitié des actifs culturels de la région (et 39!!!% de la population active tous secteurs confondus)!!!; le département concentre 58 % de l’ensemble des actifs de l’architecture et 59!!!% des actifs des arts visuels, de l’audiovisuel et du multimédia ainsi que de la publicité. Le patrimoine concentre 19!!!% des actifs des secteurs culturels des Pays de la Loire.
 

Entreprises culturelles

En 2018, la région Pays de la Loire compte environ 4!!!400 entreprises des secteurs culturels, soit 3,7!!!% de l’ensemble des entreprises dans cette région, une proportion légèrement inférieure à la moyenne nationale (3,9!!!%) mais légèrement supérieure à la moyenne des régions métropolitaines hors Île-de-France (3,3!!!%). La part d’entreprises culturelles est la plus forte en Loire-Atlantique (4,6!!!%, soit près de 2!!!100 entreprises). À l’inverse, le département rural de la Mayenne compte une part bien plus faible d’entreprises culturelles!!!: 2,4!!!%. 
On compte 17!!!900 salariés (en équivalent temps plein) des secteurs culturels marchands et non marchands, soit 1,5!!!% de l’ensemble des salariés dans cette région. Cette présence des salariés des secteurs culturels est comparable à la moyenne des régions métropolitaines hors Île-de-France mais reste nettement inférieure à la moyenne nationale (2,2!!!%). Il faut souligner qu’il ne s’agit là que des salariés et que les secteurs culturels comptent de nombreux non-salariés (voir supra, «!!!Emploi culturel!!!»).
En équivalent temps plein sur l’année 2018, le premier établissement culturel de la région est Atlantic Media, relevant du secteur de l’audiovisuel et implanté à Olonne-sur-Mer. La seconde est MPO (pour Moulage plastique de l’Ouest), un établissement de pressage de vinyle, CD et DVD implanté à Villaines-la-Juhel en Mayenne. Puis viennent deux établissements Jouve, des imprimeries implantées en Mayenne.
Parmi les secteurs culturels, certains ont été particulièrement touchés par l’effet de la crise sanitaire. Ainsi, en 2020, les entreprises de projection cinématographique monorégionales des Pays de la Loire (code Naf 59.14Z) enregistrent un recul de leur chiffre d’affaire de 62% par rapport à 2019, une chute légèrement moindre que celle enregistrée pour l’ensemble du secteur en France métropolitaine (65!!!%). Dans le domaine marchand du spectacle vivant (code Naf 90.01Z), les entreprises monorégionales ont perdu 62!!!% de leur chiffre d’affaires par rapport à 2019, un recul comparable à celui mesuré en France métropolitaine pour ce secteur. Les librairies monorégionales (code Naf 47.61Z) en revanche, enregistrent des pertes plus modérées, avec un recul de leur chiffre d’affaires de 2!!!% (contre -7!!!% en France métropolitaine).
 

Dépenses culturelles publiques

Les dépenses culturelles brutes des collectivités territoriales des Pays de la Loire ont dépassé les 500!!!millions d’euros en 2019, largement du fait des communes de 3!!!500 habitants ou plus et de leurs groupements à fiscalité propre!!!: 430!!!millions d’euros pour le bloc local, soit plus de 80!!!% du total brut. Départements (50!!!millions d’euros) et collectivité régionale (37!!!millions d’euros) contribuent pour, respectivement, 10!!!% et 7!!!%. Les crédits du ministère de la Culture dépensés dans la région en 2019 ont atteint 73 millions d’euros.

Dépenses culturelles du bloc communal en Pays de la Loire!!!: 430!!!millions d’euros soit 119!!!€ par habitant
Le bloc communal des Pays de la Loire, composé de 62 groupements de communes à fiscalité propre des différentes catégories juridique (dont au moins une commune-membre a 3!!!500 habitant ou plus), a mobilisé 430 millions d’euros pour la culture en 2019, soit 119!!!€ par habitant, un peu moins que la moyenne nationale (127 € par habitant), et représentant un taux d’effort budgétaire pour la culture de 8!!!%, à peine supérieur au taux national (7!!!%).
Un peu moins du cinquième de la population régionale réside dans la métropole de Nantes, en Loire Atlantique, et celle-ci réalise un peu moins de 30!!!% des dépenses culturelles de l’ensemble des blocs communaux de la région.
Mais ce qui caractérise surtout les Pays de la Loire c’est le poids démographique plus élevé des communautés de communes que pour l’ensemble des régions!!!: 43!!!% contre 27!!!% à l’échelle nationale. Les 48 communautés de communes (y compris leurs communes-membres de plus de 3!!!500 habitants) totalisent 125 millions d’euros pour la culture, 30!!!% des dépenses culturelles des blocs communaux de la région (soit le double de la moyenne nationale). Avec un budget culturel moyen de 2,6!!!M€ (contre 1,6!!!M€ pour l’ensemble du territoire), les communautés de communes des Pays de la Loire atteignent 80!!!€ par habitant (67!!!€ par habitant à l’échelle nationale) avec un taux d’effort budgétaire également supérieur au taux national!!!: 8!!!% contre 6,5!!!%.
Les communautés d’agglomération de la région, au nombre de 10, regroupent le quart de la population régionale et totalisent le quart des dépenses culturelles régionales, pour un montant total de 112!!!M€, soit 124!!!€ par habitant.
Les dépenses culturelles émanant des blocs communaux se répartissent entre les départements de la région assez conformément au poids démographique de ces derniers et varient de 100!!!€ par habitant (Vendée) à 133!!!€ par habitant (Loire-Atlantique). Le taux d’effort budgétaire moyen des blocs communaux en faveur de la culture est supérieur au taux moyen en Sarthe et en Mayenne.
Les trois secteurs Action culturelle, Bibliothèques, et Expression musicale, lyrique et chorégraphique, représentent 60!!!% des dépenses culturelles de la part du boc communal dans les Pays de la Loire, avec respectivement 29!!!€, 18!!!€ et 21!!!€ par habitant. Dans le secteur de l’action culturelle, les dépenses rapportées au nombre d’habitants sont au-dessus de la moyenne pour la Mayenne et la Loire-Atlantique, avec une dépense de 40!!!€ par habitant.
Les secteurs du cinéma et autres salles de spectacle et du théâtre concentrent chacun environ 8!!!€ par habitant en moyenne régionale, pour le bloc communal, et pour le cinéma, c’est dans le département de la Sarthe que la moyenne est la plus élevée, avec un montant alloué de 22!!!€ par habitant. Pour le théâtre, c’est dans le Maine-et-Loire qu’on observe la dépense la plus élevée, avec 17!!!€!!!par habitant.

 

Les dépenses culturelles des départements des Pays de la Loire!!!: 50!!!millions d’euros soit 14!!!€ par habitant
Les cinq départements de la région Pays de la Loire ont dépensé ensemble plus de 50!!!M€ pour la culture, soit 14!!!€ par habitant. Le premier budget culturel départemental (près de 22!!!M€) est celui du département le plus peuplé, la Loire-Atlantique, où se localise la capitale régionale Nantes. Rapporté à la population toutefois, il est supplanté par celui de la Vendée, moitié moins peuplée, pour laquelle le budget culturel (13!!!M€) représente 19!!!€ par habitant (contre 15!!!€ en Loire-Atlantique). Les taux d’effort budgétaires des deux départements sont sensiblement différents, respectivement 1,8!!!% et 2,1!!!% pour la Vendée (le plus élevé de la région). A contrario le département du Maine-et-Loire présente un taux d’effort budgétaire inférieur à 1!!!%, et ses dépenses culturelles s’élèvent à 7!!!€ par habitant. Le budget culturel du département de la Mayenne, 5!!!M€, représente 16!!!€ par habitant, pour le département le moins peuplé de la région. Enfin, la Sarthe est le second département dont le budget culturel par habitant (12!!!€) est inférieur à la moyenne nationale, tout comme le taux d’effort budgétaire (1,2!!!%).
Le département de la Vendée est le seul à accorder plus de la moitié de ses dépenses culturelles (63!!!%) au domaine des patrimoines, avec 8,2!!!M€, plus du double de celui de la Loire-Atlantique (4!!!M€), deuxième budget patrimonial des départements de la région. Dans ce département, ce budget représente 3!!!€ par habitant, contre 12!!!€ par habitant pour la Vendée.Le budget départemental patrimonial le moins élevé, celui de la Mayenne (2,2!!!M€) représente quant à lui 7!!!€ par habitant. Ce département présente également le budget consacré aux activités artistiques et à l’action culturelle le moins élevé de la région (2,7!!!M€) et  le deuxième montant le plus élevé en euros par habitant (9!!!€ par habitant). La Loire-Atlantique consacre près de 18!!!M€ aux activités artistiques et à l’action culturelle (plus de 80!!!% de son budget culturel total), ce qui l’amène à 13!!!€ par habitant. Pour les autres départements, les deux domaines bénéficient de montants de crédits moins déséquilibrés, presqu’à parité pour le Maine-et-Loire et dans le rapport de 60!!!%/40!!!% pour la Sarthe, pour des montants compris entre 3!!!M€ et 4!!!M€ aux activités artistiques et entre 2!!!M€ et 3!!!M€ pour les patrimoines.

Les dépenses culturelles de la collectivité régionale Pays de la Loire!!!: 36!!!millions d’euros soit 9!!!€ par habitant
La collectivité régionale des Pays de la Loire a dépensé 37 millions d’euros pour la culture en 2019, dont près de 23!!!M€ en fonctionnement. L’effort budgétaire culturel de la collectivité (2,2!!!%) est proche de la moyenne des régions (2,3!!!%). Rapportées à la population régionale, les dépenses culturelles représentent 9!!!€ par habitant, en-deçà de la moyenne des régions (11!!!€ par habitant).
Les Pays de la Loire, avec la Guyane, sont les seules collectivités régionales dont les dépenses patrimoniales dépassent celles consacrées aux activités artistiques et à l’action culturelle. Doté de 19!!!M€ en 2019, le patrimoine agrège 53!!!% des dépenses culturelles totales de la collectivité, soit 5!!!€ par habitant. Dans ce domaine, les dépenses d’investissement (11!!!M€) sont majoritaires mais la collectivité lui consacre le deuxième plus important budget de fonctionnement des régions.
L’effort budgétaire de la collectivité régionale est très proche en fonctionnement (2,2!!!%) et en investissement (2,3!!!%), inférieur à la moyenne des régions en fonctionnement (2,4!!!%) mais supérieur à celle-ci en investissement (1,9!!!%).

Les dépenses du ministère de la Culture en Pays de la Loire!!!: 73!!!millions d’euros soit 20!!!€ par habitant
En se voyant attribuée un peu plus de 73 millions d’euros de crédits du ministère de la Culture en 2019, la région Pays-de-la-Loire reçoit un peu moins de 20!!!€ par habitant au total, soit le montant le moins élevé des régions métropolitaines hors Corse. Ce n’est pas le cas pour les seuls crédits de fonctionnement, près de 63!!!M€, supérieurs au montant de la région Bourgogne-Franche-Comté. Ce sont 17!!!€ par habitant soit significativement moins que la moyenne régionale (22!!!€ par habitant hors-Ile-de-France). Il en va de même pour les crédits d’investissement!!!: 3!!!€ par habitant (contre 4!!!€ par habitant en moyenne, hors-Ile-de-France), pour 10,6!!!M€ en 2019, le plus petit montant des régions métropolitaines, hors Corse.
La Loire-Atlantique (Nantes) concentre près de la moitié des crédits ministériels de fonctionnement, hors masse salariale, pour près de 40!!!% de la population régionale, soit près de 22!!!M€ et 16!!!€ par habitant. Pour le même montant par habitant, le Maine-et-Loire (Angers) bénéficie directement de 13!!!M€ en fonctionnement, et d’un montant supérieur au premier département en investissement (près de 4!!!M€ contre 3,4!!!M€, soit 5!!!€ par habitant contre 2!!!€ par habitant). Pour chacun des trois autres départements, ce sont entre 6!!!€ et 7!!!€ par habitant en fonctionnement (soit entre 3!!!M€ et 6!!!M€) et de 2!!!€ à 3!!!€ en investissement (de 2,4!!!M€ à 4,6!!!M€).

Sources et documentation

Insee, comparateur de territoires!!!: https://www.insee.fr/fr/statistiques/zones/1405599?debut=0&q=comparateur+de+territoire
Insee, statistiques locales!!!: h https://statistiques-locales.insee.fr/#c=indicator&view=map3
Insee, l’essentiel sur… -> par région!!!: https://blog.insee.fr/ma-region-cest-lessentiel/
Insee, statistiques locales dossier complet!!!: https://www.insee.fr/fr/statistiques/zones/2011101
Commissariat général à l’égalité des territoires, Observatoire des territoires!!!: https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/portraits-et-comparaisons-de-territoires
 «!!!Nicolas Le Brazidec, Pays de la Loire!!!: entre dynamisme et identité régionale en construction!!!», in Éric Janin (sous la dir. de), Les 18 régions françaises, Ellypses, 2017

[1] Isabelle Delhomme, Pierre Loizeau, Pays de la Loire – Un Ligérien sur deux vit dans une commune rurale, Insee Flash Pays de la Loire, n°!!!111, avril 2021.
[2] Maëlle Fontaine, Matthieu Vahé, L’économie des nouvelles zones d’emploi ligériennes!!!; une forte orientation industrielle, Insee Analyses Pays de la Loire, n°!!!83, septembre 2020.