Occitanie

Portrait culturel

Date de publication : 28/01/22, Dernière mise à jour : 26/07/22

Issue de la fusion de deux anciennes régions, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, l’Occitanie réunit, depuis le 1er janvier 2016, treize départements sur une superficie de 72!!!720!!!km², soit la troisième région française en la matière. La région compte 4!!!454!!!communes, 164 intercommunalités, dont 140 communautés de communes, 21!!!communautés d’agglomération, 1 communauté urbaine et 2 métropoles. 5,9!!!millions d’habitants vivent sur ce territoire. L’Occitanie est la quatrième région française en termes de richesse. Depuis 2007, elle est membre de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée qui rassemble la Catalogne, les Baléares, le Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées (régions avant 2016), devenue groupement européen de coopération territoriale en 2009, et bénéficie à ce titre de soutien à la culture.

 

—   Données de contexte  

Géographie

Située au Sud-Ouest de la France métropolitaine, entre Méditerranée et Pyrénées, la région rassemble des territoires à forte identité culturelle et territoriale, héritage historique multiséculaire!!!: le Haut et Bas Languedoc, structurés autour de la double polarité de Toulouse et de Montpellier et d’une langue commune, l’occitan!!!; l’ouest de la Gascogne dans les Pyrénées!!!; et le Roussillon dans les Pyrénées orientales, d’identité catalane. 
L’Occitanie affiche une faible densité de population (80 habitants au km² contre 105 à l’échelle nationale), ce qui s’explique en partie par la présence de massifs montagneux, dans les Pyrénées, au sud, et dans le Massif Central, au nord. Le territoire occitan rassemble 85!!!% du massif pyrénéen, qui culmine côté français à 3!!!298!!!mètres au Vignemale dans les Pyrénées centrales. Le massif pyrénéen se caractérise par des vallées profondes et encaissées, et des cols élevés. En bordure septentrionale, les causses et plateaux du Massif Central, dont un tiers appartient à la région, ont un point culminant à 1!!!699 mètres au sommet du mont Lozère. À l’est, l’anse méditerranéenne forme une bordure maritime. 
Près de quatre habitants d’Occitanie sur dix vivent dans des espaces peu ou très peu denses, contre un tiers des Français!!!; à l’inverse, ils sont un quart à vivre dans des espaces très denses, contre 38!!!% de la population nationale. Pour autant, un peu plus d’un Occitan sur cinq (22!!!%) vit dans l’une des deux métropoles de la région et un habitant sur deux réside dans l’une des quatre plus grandes aires : Toulouse, Montpellier, Perpignan et Nîmes.
Entre plaines du Roussillon, reliefs du Massif Central et hauts pics pyrénéens, l’Occitanie reste un territoire rural!!!: 51!!!% de son territoire est occupé par des terres agricoles (une part équivalente à la moyenne nationale), et 43!!!% par des forêts et milieux semi-naturels, contre 31!!!% du territoire national. La région est néanmoins desservie par plusieurs gares TGV, traversée par des infrastructures routières, autoroutières et aéroportuaires qui contribuent à désenclaver les zones les plus rurales et à intégrer la région dans les flux européens par sa proximité avec l’Espagne. Enfin, le canal du Midi, inscrit au patrimoine de l’Unesco, traverse la région d’est en ouest et constitue un axe transversal structurant.

Démographie

La croissance démographique est positive en Occitanie (+0,7!!!% entre 2013 et 2018), portée par les départements de de l’Hérault (1,2!!!%), de la Haute-Garonne (1,2!!!%), du Tarn-et-Garonne (0,7!!!%), particulièrement dynamiques. C’est le solde des entrées et sorties qui porte la dynamique démographique, avec un excédent migratoire de +0,6!!!%, tandis que le solde naturel est plus stable (+0,1!!!%). L’Occitanie est néanmoins une région plus âgée que la moyenne nationale!!!: l’indice de vieillissement, qui mesure le nombre de personnes âgées de 65!!!ans et plus pour 100 jeunes de moins de vingt ans est de 99, contre 82 pour la France. Après la Corse, la Nouvelle-Aquitaine, et Paca, l’Occitanie est la quatrième région française de ce point de vue. L’indice de vieillissement est particulièrement élevé dans les vallées pyrénéennes et dans les contreforts du Massif Central, dans le Lot (155), le Gers (135) et l’Aveyron (132).

Niveau de vie

Avec un niveau de vie annuel médian de 20!!!980!!!euros en 2019, l’Occitanie figue au onzième rang des régions et se situe en deçà de la moyenne nationale (21!!!930!!!euros), précédant la Corse et les Hauts-de-France. Il est plus élevé en Haute-Garonne (23!!!380!!!euros), département de la capitale régionale Toulouse, et le plus faible dans l’Aude (19!!!550!!!euros) et dans deux départements pyrénéens, les Pyrénées orientales (19!!!610!!!euros) et l’Ariège (20!!!010!!!euros). Un peu plus de la moitié des ménages d’Occitanie sont imposés (52,3!!!%) contre 57,6!!!% à l’échelon métropolitain. La situation varie cependant selon les départements!!!: cela concerne moins de la moitié des ménages fiscaux dans huit départements (Aude, Ariège, Pyrénées-Orientales, Tarn, Aveyron, Tarn-et-Garonne, Lozère et Gers, contre six ménages sur dix en Haute-Garonne.
En Occitanie, le niveau de vie des 10!!!% des ménages les plus pauvres, situé en deçà de 11!!!020!!!euros est inférieur de 600!!!euros à la moyenne nationale[1] (11!!!620!!!euros), et celui des 10!!!% les plus riches, supérieurs à 36!!!770!!!euros, légèrement supérieurs à la moyenne nationale (39!!!600!!!euros). Le rapport interdécile de niveau de vie est de 3,4, comme en France. C’est en Haute-Garonne que les revenus des plus aisés sont les plus élevés (supérieurs à 41!!!480!!!euros), et dans les Pyrénées orientales, l’Aude et le Gard que les revenus des plus pauvres sont les plus bas (inférieurs à 10!!!500!!!euros). Certains départements comme l‘Aveyron, la Lozère ou les Hautes-Pyrénées ont un rapport interdécile inférieur à 3. Dans ceux-ci, la situation sociale est moins inégalitaire, en partie parce que les niveaux de vie du neuvième décile sont inférieurs à la moyenne régionale. L’Hérault et la Haute-Garonne, en revanche, ont un rapport interdécile de 3,5 et c’est en Haute-Garonne que le niveau de vie des plus aisés est le plus élevé (supérieur à 41!!!480!!!euros).
En Occitanie, le taux de pauvreté est supérieur à la moyenne nationale!!!: 16,8!!!% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, contre 14,5!!!%!!!en France métropolitaine. En Ariège (17,9!!!%), dans l’Hérault (19!!!%), le Gard (19,6!!!%), l’Aude (20,2!!!%) et les Pyrénées-Orientales (20,7!!!%), ce taux et supérieur à la moyenne régionale et peut même concerner un ménage sur cinq dans certains départements. Il concerne particulièrement les adultes de moins de 30!!!ans, dont plus d’un quart sont touchés (27,6!!!%), soit un des taux les plus élevés en France métropolitaine. La pauvreté est plus présente le long du pourtour méditerranéen et dans les départements de montagne, territoires plus reculés et sans doute moins desservis en termes de service. La pauvreté semble moins liée à la concentration urbaine et à la relégation des populations les plus pauvres dans des quartiers périphériques que dans d’autres territoires français!!!: elle touche aussi des territoires moins densément peuplés, isolés des aires d’attractivité urbaine.
La région compte 105 quartiers prioritaires de la ville qui rassemblent 358!!!000 habitants, soit 6!!!% de la population régionale. Plusieurs départements peu urbanisés comptent moins de 1!!!% de leur population vivant dans un quartier prioritaire!!!: c’est d’abord le cas de la Lozère, qui n’en compte aucun, de l’Aveyron, du Gers et du Lot (1!!!% de la population). À l’inverse, 9!!!% des habitants de l’Hérault et 11!!!% des habitants du Gard, deux départements également touchés par un taux de pauvreté élevé, vivent dans un quartier prioritaire de la ville. Au total, la Haute-Garonne (19!!!%), le Gard (22!!!%) et l’Hérault (29!!!%) rassemblent plus des deux tiers de la population d’Occitanie vivant dans un quartier prioritaire de la ville.

Économie

Avec un PIB de 173,6 milliards d’euros, l’Occitanie est la quatrième région française en termes de richesse. Elle contribue ainsi pour 7!!!% à la richesse nationale. Le PIB par habitant, qui rapport la richesse à la taille de la population, est de 29!!!490 euros contre 30!!!270 en France métropolitaine, hors Île-de-France. Le PIB par emploi est de 74!!!040 euros, légèrement inférieur à la moyenne de la France métropolitaine hors Île-de-France (74!!!840 euros).
Les 27!!!nouvelles zones d’emploi d’Occitanie dessinent une région à l’économie diversifiée, où l’attrait touristique reste une force et une caractéristique de la plupart de ces zones[2]. Toulouse, Montpellier et les zones proches du littoral sont les moteurs de l’emploi régional. La zone d’emploi de Toulouse, qui concentre 27!!!% de l’emploi régional, se caractérise par une forte présence du secteur de l'industrie, ainsi que des fonctions de fabrication, de conception et de recherche, avec de grandes entreprises telles qu’Airbus, Continental Auto, Altran Technologies et des centres de recherche comme le CNRS et le Centre national des études spatiales. Avec une économie plus diversifiée, la zone d’emploi de Montpellier est le deuxième pôle d’emploi d’Occitanie, avec 13!!!% de l’emploi régional. Si cette zone est particulièrement touristique, les fonctions liées à la santé et à l’action sociale y sont aussi particulièrement développées, dans des établissements publics (CHU de Montpellier, Centre médical du Grau-du-Roi…), comme privés (Institut régional du cancer...). Le secteur de la recherche et développement (Inserm, Inra, Sanofi-Aventis...) est également très présent. Le long du littoral, les zones d’emploi de Sète, Narbonne, Béziers, Agde-Pézenas ou Perpignan sont marquées par l’activité touristique. 

Marché du travail

En dépit d’un taux de pauvreté élevé, l’Occitanie est l’une des régions françaises les plus dynamiques en matière de création d’emploi. Avec 2,4 millions d’emplois fin 2019, l’Occitanie est la quatrième région en la matière, et surtout la plus dynamique en France métropolitaine, avec une croissance de 2!!!%, devant devant l’Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur.
L’Occitanie, composée de départements ruraux et montagnards, reste un territoire agricole. Les emplois dans l’agriculture sont légèrement plus présents qu’en moyenne nationale (3!!!% contre 2!!!%), tandis que la part des emplois dans l’industrie y est plus faible (respectivement 10!!!% et 12!!!%). La région est la première productrice de fruits et légumes et les terres du Languedoc et du Roussillon sont viticoles et forment un tiers du vignoble français. Le Gers (11!!!%), la Lozère (10!!!%), l’Aveyron (9!!!%), l’Aude et le Lot (6!!!%), le Tarn-et-Garonne comptent une part d’emplois dans l’agriculture au moins trois fois plus élevée que la moyenne nationale (2!!!°%).
Dans le Lot (16!!!%), l’Aveyron, l’Ariège et le Tarn (14!!!%), la part des emplois industriels est supérieure à la moyenne nationale (12!!!%). Dans l’agglomération toulousaine, l’industrie aéronautique et spatiale forme un pôle d’excellence.
L’Hérault (85!!!%), les Pyrénées orientales (84!!!%), la Haute-Garonne et l’Aude (81!!!%), en revanche, comptent plus de huit emplois sur dix dans le tertiaire. Dans ces départements, c’est en particulier le tertiaire non marchand qui est important.
Un peu plus de six personnes âgées de 15 ans ou plus sur dix (64,8!!!%) sont en emploi en Occitanie, une part légèrement inférieure à la moyenne nationale (64,2!!!%). L’Occitanie est la deuxième région de métropole la plus touchée par le chômage, après les Hauts-de-France. En 2020, le taux de chômage s’établit à 9,4!!!% de la population active régionale, soit 1,4 point de plus qu’en moyenne en France. Mais de grandes inégalités existent sur le territoire!!!: trois départements d'Occitanie ont les taux de chômage les plus élevés de France métropolitaine - Pyrénées-Orientales (12,5!!!%), Hérault (11,2!!!%), Gard (10,8!!!%) - alors que la Lozère (5!!!%) a l'un des plus faibles.

Niveau d’éducation

La région compte une part importante de diplômés de l’enseignement supérieur!!!: 31!!!% de la population d’Occitanie, soit la troisième région en la matière après l’Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes. C’est en Haute-Garonne, capitale régionale et pôle d’attractivité pour l’industrie, la recherche et le développement en aéronautique et aérospatiale, que la part de la population la plus diplômée est la plus importante!!!: 43!!!% des habitants de ce département sont diplômés du supérieur, contre près d’un habitant sur quatre dans l'Aude, le Tarn-et-Garonne et l'Ariège. Deuxième département abritant un pôle universitaire, l’Hérault compte 33!!!% de diplômés de l’enseignement supérieur.

Qualité de vie

La région compte 3,6 millions de logements, dont une part importante de résidences secondaires (16!!!%) qui s’explique par sa dimension touristique. En dépit d’un taux de pauvreté élevé, la part des logements sociaux (9!!!%) est moins importante qu’en France (15!!!%). 
Le tourisme est l’un des principaux facteurs d’attractivité de la région!!!: la bordure méditerranéenne de près de 200 km de long dévolue, depuis les années 1970, au tourisme balnéaire de masse, et les massifs de montagne pyrénéens en sont les principaux atouts. En arrière-pays, la campagne occitane, bénéficiant de la chaleur méridionale et traversée par le canal du Midi sur 240 km, offre aussi des perspectives de séjours prisées des touristes. La région est par ailleurs traversée, dans le Lot, le Gers, le Tarn et le Tarn-et-Garonne, par l’un des itinéraires du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco et foulé par des milliers de randonneurs et pèlerins chaque année.
Avec plus de 43 millions de nuitées en 2019, l’Occitanie est la deuxième région en termes de nuitées de campings (26,6 millions en 2019) et la quatrième pour les nuitées en hôtel de tourisme (16,4 millions). Elle concentre 20!!!% des hébergements en camping de l’ensemble du territoire. L’Hérault est le premier département en termes de fréquentation touristique.
La préservation du patrimoine naturel fait partie de l’action de l’Etat et des collectivités territoriales en Occitanie. La région abrite deux parcs nationaux et sept parcs naturels régionaux!!!: le parc national des Cévennes sur les départements du Gard et de la Lozère, le parc national des Pyrénées dans les départements des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Atlantiques!!!; les parcs régionaux de l’Aubrac, du Haut-Quercy, des Grands Causses, du Haut-Languedoc, de la Narbonnaise en Méditerranée, des Pyrénées catalanes et des Pyrénées ariégeoises. Le massif du Canigou, premier bastion d’altitude depuis la Méditerranée dans les Pyrénées orientales est labellisé Grand site de France depuis 2012. La région compte un parc naturel marin de plus de 4!!!000 km² autour du golfe du Lion, deux réserves nationales de chasse et de faune sauvage, au Caroux et à Espinouze et deux réserves naturelles nationales, l’Estagol dans l’Hérault et Jujols dans les Pyrénées orientales. Le sous-sol est par ailleurs riche et plusieurs stations thermales attirent chaque année des milliers de curistes dans les Pyrénées et le Massif Central. Au total, les espaces naturels protégés représentent un quart du territoire régional. Les paysages des Causses et les Cévennes ont été inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco au titre de la préservation du paysage culturel de l’agro-pastoralisme méditerranéen. 

—   Données culturelles 

Offre culturelle

Patrimoine, lieux de visite et de spectacle, médiathèques, bibliothèques et points de lecture, librairies labellisées…, l’Occitanie est l’une des régions les mieux dotées en matière de lieux, équipements culturels et espaces protégés. Avec près de 7!!!700 sites, elle rassemble 11!!!% de l’ensemble des lieux et équipements culturels nationaux. L’Hérault est le mieux pourvu et rassemble 15!!!% de l’ensemble des lieux et équipements de la région, la Haute-Garonne et le Gard en rassemblent 13!!!%, tandis que les départements montagneux comme l’Ariège ou la Lozère, ou encore des départements ruraux comme le Tarn, le Tarn-et-Garonne et le Gers, en comptent moins de 5!!!%.
Les monuments historiques classés (1!!!380), inscrits (3!!!400), les monuments partiellement classés et inscrits (110) ainsi que les édifices labellisés Architecture contemporaine remarquable (140) dont l’architecture a moins d’un siècle, représentent les deux tiers d’entre eux. Tous ne se visitent cependant pas. Aux côtés de ces édifices protégés, plus de 2!!!700 lieux de visite, de spectacle et de documentation maillent le territoire occitan. 
L’attractivité de la région repose notamment sur le tourisme culturel. Si le pourtour méditerranéen est principalement dédié au tourisme balnéaire, la région peut aussi compter sur son patrimoine naturel et culturel, véritable atout touristique. Elle compte notamment 12 monuments nationaux, châteaux, forts, forteresses, remparts, et sites archéologiques. Le château et les remparts de Carcassonne, classés au patrimoine mondial de l’Unesco, dans l’Aude, ont attiré plus de 620!!!000 visiteurs en 2019, soit 60!!!% de la fréquentation des monuments nationaux d’Occitanie. Les tours et remparts d’Aigues-Mortes, dans le Gard, deuxième site protégé le plus visité, attiraient 191!!!600 visiteurs la même année. Plusieurs autres sites, ne bénéficiant pas d’une protection labellisée par l’Etat, sont également de forts vecteurs d’attraction!!!: le viaduc de Millau (904!!!300 visites estimées), le pont du Gard, classé au patrimoine mondial de l’Unesco et Grand Site de France (800!!!000 visites estimées), la basilique Saint-Sernin ou la Cité de l’espace à Toulouse, la cathédrale Saint-Cécile à Albi dans le Tarn, le sanctuaire de Lourdes, le gouffre de Padirac dans les Hautes-Pyrénées, les arènes de Nîmes ou encore les écluses de Fonsérances-Béziers, pour ne citer que les plus fréquentés.
Les 119 musées de France de la région ouverts au public cette année-là ont attiré 2,8 millions de visites en 2019 (douze étaient fermés). Les musées des départements de la Haute-Garonne, du Gard et de l’Hérault concentrent un peu plus de la moitié des visites (respectivement 27!!!%, 14!!!% et 12!!!%). Le muséum national d’histoire naturelle à Toulouse totalise un peu plus de 320!!!000 entrées, le musée de la Romanité à Nîmes et le musée Fabre à Montpellier, 222!!!900 entrées, les Abattoirs à Toulouse, 212!!!700. Dans le Tarn, le musée Toulouse-Lautrec a attiré 176!!!100 visiteurs, et le musée Soulages à Rodez, 135!!!700. Dans les Hautes-Pyrénées, le musée Pyrénéen à Lourdes a généré 82!!!000!!!visites et le musée départemental de l’Ariège à Foix 82!!!500.
La région compte également 23 maisons des Illustres qui préservent la mémoire de personnages ayant marqué l’histoire artistique et culturelle!!!; elles ont accueilli 137!!!000 visites en 2019. Enfin, dans le domaine patrimonial, 35 jardins d’Occitanie bénéficient du label Jardin remarquable. 
Avec près de 2!!!000 établissements de lecture publique, les bibliothèques, médiathèques et autres points de lecture représentent près de sept équipements culturels sur dix. Plus de la moitié d’entre eux (57!!!%) sont situés dans des zones peu denses qui correspondent aux communes rurales. Dans ces communes rurales, sept équipements de lecture publique sur dix disposent d’une surface de moins de 100!!!m². Il s’agit parfois de simple relais lecture desservis par la bibliothèque départementale de prêt. Ces points relais permettent de garantir aux habitants d’Occitanie l’accès au livre sur une grande partie du territoire. Le rapport s’inverse en revanche dans les communes denses, où les équipements de lecture publique sont d’une surface plus importante!!!: plus de la moitié d’entre eux ont une superficie supérieure à 100 m² dans les espaces densément peuplés.
L’Occitanie compte près de 220 établissements cinématographiques, pour 566 écrans et 99!!!200 fauteuils. Parmi ces établissements, un peu plus d’une vingtaine sont des multiplexes qui comptent plus de huit écrans, le plus souvent situés dans des zones denses. Les zones densément peuplées concentrent 15!!!% de l’offre cinématographique!!!; quatre cinémas sur dix sont situés dans des zones intermédiaires et quatre sur dix dans des zones peu ou très peu denses. Les cinémas labellisés Art et essai sont plus présents dans les zones rurales!!!: 80!!!% des cinémas sont labellisés dans les zones peu denses et 88!!!% le sont dans les zones très peu denses. La labellisation permet ainsi de garantir la présence sur les territoires moins pourvus d’équipements œuvrant à la diffusion de la diversité cinématographique.

Emploi culturel

Professions culturelles

Avec 45!!!800 actifs qui déclarent une profession culturelle au titre de leur activité principale, l’Occitanie compte 2,1!!!% de professionnels de la culture parmi l’ensemble de ses actifs. Les professionnels des arts visuels et des métiers d’art rassemblent près d’un tiers de ces professionnels (30!!!%, dont 17!!!% travaillent dans le domaine des arts graphiques, de la mode et de la décoration), les artistes, cadres et techniciens du spectacle un autre tiers (34!!!%). Les femmes représentent moins de la moitié des professionnels de la culture en Occitanie (43!!!%), une part équivalente à la moyenne nationale (45!!!%) et inférieure à leur part dans la population active régionale (48!!!%). Près d’un professionnel de la culture sur deux (45!!!%) est non-salarié en Occitanie, contre 38!!!% en moyenne nationale. 
C’est dans l’Hérault que la part de professions culturelles est la plus élevée (2,6!!!%), suivi de peu par le département le plus peuplé de la région, la Haute-Garonne (2,4!!!%). Dans le département du Gard, les professions des arts visuels et métiers d’art sont surreprésentées par rapport à la moyenne régionale (respectivement 36!!!% et 30!!!%) alors qu’elles sont sous-représentées en Haute-Garonne (25!!!%). C’est dans ce département qu’est concentrée la plus grande part d’actifs de la région!!!: 28!!!% des actifs et 33!!!% des professionnels de la culture d’Occitanie travaillent en Haute-Garonne. Ce département est particulièrement attractif pour les professions culturelles!!!: 42!!!% des architectes, 39!!!% des professions du patrimoines et 37!!!% des professions du spectacle de la région y résident. 

Secteurs culturels

L’emploi culturel se mesure également par le nombre d’actifs dans les différents secteurs d’activité qui relèvent du champ culturel. Parmi eux, certains exercent une profession non culturelle (secrétaire dans un théâtre par exemple). On compte 48!!!700 actifs des secteurs culturels en Occitanie, soit 2,2!!!% de l’ensemble de la population active de la région. Plus d’un actif sur cinq (22!!!%) travaille dans les secteurs du spectacle vivant, part plus élevée qu’en moyenne nationale (18!!!%), cela vaut aussi pour les secteurs des arts visuels (16!!!% contre 13!!!%), tandis qu’à l’inverse, les actifs des secteurs de l’audiovisuel et du multimédia sont moins nombreux (9!!!%) qu’en moyenne nationale (16!!!%). 
L’Hérault est, là encore, le département pour lequel la part d’actifs culturels est la plus élevée, avec près de 12!!!300 actifs exerçant dans un secteur culturel, soit 2,9!!!% de sa population active. Les actifs des secteurs de l’audiovisuel et du multimédia sont plus nombreux (12!!!%) qu’en moyenne régionale (9!!!%), ainsi, le département concentre plus du tiers des actifs de l’audiovisuel et du multimédia de la région. C’est dans le département du Gard, particulièrement doté en monuments historiques et classés, que la part d’actifs des secteurs du patrimoine est la plus élevée (10!!!% contre 6!!!% en moyenne régionale). 
 

Entreprises culturelles

En 2018, l’Occitanie compte environ 7!!!800 entreprises des secteurs culturels, soit 3,7!!!% de l’ensemble des entreprises des secteurs marchands et non marchands dans cette région, soit une proportion un peu inférieure à la moyenne nationale (3,9!!!%), mais supérieure à la moyenne hors Île-de-France (3,3!!!%). Le caractère rural de certains départements explique la faible présence des entreprises des secteurs culturels. Cette proportion d’entreprises culturelles est plus faible dans le Gers et la Lozère (2,5!!!%). A l’inverse la Haute-Garonne se caractérise par une proportion d’entreprises culturelles la plus forte de la région (4,8!!!%). Avec l’Hérault c’est dans ces deux départements les plus urbanisés que l’on compte le plus grand nombre d’entreprises culturelles (respectivement 2!!!200 et 2!!!000).
On compte 24!!!600 salariés (en équivalent temps plein) des secteurs culturels marchands et non marchands, soit 1,4!!!% de l’ensemble des salariés dans cette région. Cette présence des salariés des secteurs culturels est quasiment égale à la moyenne hors Île-de-France (1,5%) mais reste nettement inférieure à la moyenne nationale (2,2%). Il faut souligner qu’il ne s’agit là que des salariés et que les secteurs culturels comptent de nombreux non-salariés (voir supra, «!!!Emploi culturel!!!»).
En équivalent temps plein sur l’année 2018, les principaux établissements culturels employeurs sont Ubisoft Montpellier spécialisé dans le jeu vidéo, l’éditeur Milan Presse à Toulouse et l’Opéra orchestre national de Montpelier. 
Parmi les secteurs culturels, certains ont été particulièrement touchés par l’effet de la crise sanitaire. Ainsi, en 2020, les entreprises de projection cinématographique monorégionales (code Naf 59.14Z) enregistrent un recul de leur chiffre d’affaire de 68!!!% par rapport à 2019, contre 65!!!% dans l’ensemble des régions métropolitaines. Dans le domaine marchand du spectacle vivant (code Naf 90.01Z), les entreprises monorégionales occitanes ont perdu 57!!!% de leur chiffre d’affaires par rapport à 2019!!!; le recul est légèrement plus fort dans l’ensemble des régions métropolitaines (60!!!%). Les librairies monorégionales de la région (code Naf 47.61Z) en revanche, enregistrent des pertes plus modérées, avec un recul de leur chiffre d’affaires de 2!!!%, un recul bien plus mesuré que dans l’ensemble des régions métropolitaines ( -7!!!%).
 

Dépenses culturelles publiques

Les dépenses culturelles publiques brutes dépassent un milliard d’euros en Occitanie en 2019!!!; celles du bloc communal s’élèvent à plus de 730!!!millions d’euros et représentent 70!!!% des dépenses culturelles publiques brutes. Les treize départements totalisent 100!!!millions d’euros et la collectivité régionale, 60!!!millions d’euros!!!; les crédits ministériels ont atteint quant à eux 140!!!millions en 2019.

Dépenses culturelles du bloc communal en Occitanie!!!: 730!!!millions d’euros
La région se caractérise par la présence des deux grandes métropoles de Toulouse et de Montpellier qui, ensemble, rassemblent le quart de la population régionale et concentrent 45!!!% des dépenses culturelles totales du bloc communal de la région!!!: 325!!!millions d’euros sur 731!!!millions d’euros. Le taux d’effort budgétaire moyen au titre de la culture s’élève à 11!!!% pour ces deux métropoles (contre 8!!!% en moyenne nationale pour les métropoles). L’importance des budgets culturels mobilisés s’apprécie mieux encore lorsqu’on les rapporte aux populations métropolitaines!!!: ils représentent ainsi 257!!!€ par habitant, l’un des montants les plus élevés des métropoles (178!!!€ par habitant en moyenne nationale).
Les vingt communautés d’agglomération d’une part, les 73 communautés de communes d’autre part, regroupent la même population, soit 1,8 million d’habitants mais les dépenses culturelles des premières (252!!!M€) sont deux fois plus importantes que celles des secondes (115!!!M€)!!!; il en va donc de même lorsqu’on rapporte ces dépenses à la population!!!: 133!!!€ par habitant dans les agglomérations (supérieures à la moyenne nationale de 124!!!€ par habitant) et 63!!!€ par habitant pour les communautés de communes de la région (contre 67!!!€ par habitant en moyenne nationale). Les budgets culturels moyens de ces deux types de blocs communaux sont comparables aux budget moyens nationaux (près de 13!!!M€ par communauté d’agglomération et moins de 2!!!M€ pour les communautés de communes).
Le département de l’Hérault est le seul département où se concentre une part régionale des dépenses culturelles du bloc communal supérieure à son poids démographique (respectivement 32!!!% et 21!!!%)!!!; En raison de la métropole de Montpellier en particulier, c’est le département où l’euro culturel moyen du bloc communal est le plus élevé des départements de la région!!!: 212!!!€ par habitant, pour 150!!!€ par habitant en Haute-Garonne, avec Toulouse, sachant que la Haute-Garonne est le département le plus peuplé de la région.
La Lozère et le Lot, ont un taux d’effort budgétaire moyen de 10!!!%!!!; leurs dépenses culturelles représentent, respectivement, 137!!!€ et 129!!!€ par habitant, la Lozère étant le département le moins peuplé de la région. Dans l’Ariège et le Gers, les dépenses culturelles des blocs communaux ne représentent, en moyenne, que 92!!!€ par habitant et 70!!!€ par habitant!!!; l’effort budgétaire culturel moyen des blocs communaux du Gers est le plus faible de la région!!!: 5,5!!!%.
Les trois secteurs Action culturelle, Bibliothèques, et Musées représentent plus de la moitié des dépenses culturelles de la part du boc communal en Occitanie, avec respectivement 28!!!€, 24!!!€ et 23€ par habitant. Dans le secteur de l’action culturelle, les dépenses rapportées au nombre d’habitants sont extrêmement variables puisque cela va de 3!!!€ par habitant en Ariège, à 35!!!€ par habitant dans l’Hérault et même 69!!!€ par habitant en Lozère. Il convient de rappeler que les populations considérées sont de taille très différente, et qu’en montant brut, le bloc communal de l’Hérault a dépensé 38,2!!!M€ dans l’action culturelle contre 2,5!!!M€ pour le bloc communal de Lozère.
Les dépenses pour l’expression musicale, lyrique et chorégraphique, sont en moyenne régionale de 16!!!€ par habitant du bloc communal, mais dans certains départements, les moyennes sont très faibles, comme en Lozère (2!!!€ par habitant) ou dans l’Aveyron (6!!!€ par habitant), alors que cette dépense s’élève à 32!!!€ par habitant dans l’Aude.
Les secteurs du cinéma et autres salles de spectacle et du théâtre concentrent chacun 7!!!€ par habitant en moyenne régionale, pour le bloc communal!!!; pour le cinéma, c’est dans le département du Lot que la moyenne est la plus élevée, avec un montant alloué de 23!!!€ par habitant. Pour le théâtre, c’est dans les Pyrénées-Orientales qu’on observe la dépense la plus élevée, avec 16!!!€ par habitant.

Dépenses culturelles des départements d’Occitanie!!!: 100!!!millions d’euros
La somme des dépenses culturelles des treize départements de la région Occitanie s’élève à 100!!!millions d’euros, soit 17!!!€ par habitant (légèrement au-dessus de la moyenne nationale qui s’établit à 15!!!€ par habitant). Le taux d’effort budgétaire moyen pour la culture des départements de la région est égal au taux moyen national (1,4!!!%).
La grande variété de taille des populations départementales implique des écarts importants entre leur budget culturel en volume. Ils dépassent les 10 millions d’euros pour trois départements (Haute-Garonne, Pyrénées Orientales et jusqu’à 17!!!M€ pour l’Hérault) et sont inférieurs à 5!!!M€ pour deux départements, dont le moins peuplé, la Lozère. Rapportées au nombre d’habitants, les dépenses culturelles apparaissent toutefois un peu plus homogènes entre les départements, les moins peuplés bénéficiant d’un effet de seuil tirant le ratio vers une valeur plus élevée (Lozère!!!: 28!!!€ par habitant, Ariège!!!: 58!!!€ par habitant…), et les plus peuplés de l’effet inverse (Haute Garonne!!!: 9!!!€ par habitant, Gard!!!: 10!!!€ par habitant).
L’effet taille n’est pas le seul facteur à prendre en compte!!!: le taux d’effort budgétaire pour la culture, c’est-à-dire la part des dépenses globales consacrées à la culture dans les budgets départementaux, joue bien entendu sur le niveau des dépenses. L’Ariège affiche ainsi le taux le plus élevé, 4,3!!!%, générant un budget culturel de près de 9!!!M€ et l’euro culturel par habitant le plus élevé de la région. Le Lot et le Gers se distinguent également sur ce plan, consacrant respectivement 2,8!!!% et 2,4!!!% de leur budget global à la culture. À l‘opposé, Haute-Garonne et Gard y consacrent moins de 1!!!% (mais avec le deuxième plus important budget culturel des départements de la région pour le premier!!!: près de 13!!!M€).
Huit départements sur treize consacrent la majeure partie de leurs dépenses culturelles aux patrimoines, de 52!!!% (Tarn et Garonne) à 87!!!% (Ariège). À l’opposé, les trois quarts des budgets culturels du Tarn et de l’Aveyron bénéficient au domaine des activités artistiques et de l’action culturelle. Ce domaine est également majoritaire, dans une moindre mesure (60!!!%), pour l’Hérault, la Lozère et la Haute-Garonne (56!!!%).
Si les budgets destinés aux activités artistiques et à l’action culturelle du Tarn et de l’Aveyron se situent entre 4!!!M€ et 5!!!M€, ceux de la Haute-Garonne et de l’Hérault atteignent respectivement 7!!!M€ et 10!!!M€. Les dépenses accordées à ce domaine par la Lozère, 1,2!!!M€, représentent 17!!!€ par habitant, autant que celles de l’Aveyron, plus que celles du Tarn (10!!!€ par habitant, même montant que pour l’Hérault) et plus de trois fois celles de la Haute-Garonne (5!!!€ par habitant).
Pyrénées-Orientales et Ariège mobilisent les budgets patrimoniaux les plus importants (respectivement 8,7!!!M€ et 7,8!!!M€), suivis de l’Hérault (7!!!M€) et de l’Aude (6!!!M€). Les budgets de deux derniers départements sont plus proches du budget patrimonial moyen à l’échelle nationale (5,2!!!M€)!!!: celui de la Haute-Garonne (5,5!!!M€) et celui du Gard (5,3!!!M€). Rapportés à la population départementale, les budgets patrimoniaux du Lot, du Gers et des Hautes-Pyrénées (entre 3!!!M€ et 4!!!M€) représentent des montants parmi les plus élevés!!!: respectivement 23!!!€, 19!!!€ et 15!!!€ par habitant. Aucun département ne détrône l’Ariège avec 51!!!€ par habitant, principalement destiné à l’entretien du patrimoine monumental (90!!!%).

Dépenses culturelles de la collectivité régionale!!!: 60!!!millions d’euros
La collectivité régionale a dépensé près de 60 millions d’euros pour la culture en 2019, dont plus de 40!!!M€ en fonctionnement. Rapporté à la population, son budget culturel s’élève à 10!!!€ par habitant, légèrement en-deçà de la moyenne nationale des régions. Il en va de même en termes d’effort budgétaire pour la culture pour le fonctionnement (2!!!% contre 2,4!!!% en moyenne), alors que ce ratio atteint la moyenne des régions en investissement, 1,9!!!%.
La collectivité régionale affecte 40!!!M€ aux activités artistiques et à l’action culturelle, et  20!!!M€ au patrimoine, soit respectivement 7!!!€ par habitant et 3!!!€ par habitant. La part consacrée au patrimoine par cette collectivité est plus élevée que la moyenne des régions (33!!!% contre 25!!!%).
Bien que l’effort budgétaire de la collectivité régionale et le montant de ses dépenses culturelles rapportées à sa population se situent parmi les valeurs régionales les plus faibles, le budget culturel de la région Occitanie est légèrement supérieur au budget culturel régional moyen (58!!!M€).

Dépenses du ministère de la culture en Occitanie!!!: 140!!!millions d’euros
Aux 115 millions d’euros en fonctionnement mobilisés par le ministère de la Culture en région Occitanie, se sont ajoutés 24 millions d’euros en investissement en 2019. Région très peuplée et aux nombreux départements, ces montants représentent respectivement 20!!!€ et 4!!!€ par habitant, un peu en-dessous de la moyenne nationale en fonctionnement seulement (22!!!€ par habitant hors Ile-de-France).
Aux trois départements regroupant plus de la moitié de la population régionale (Haute-Garonne, Hérault et Gard), sont rattachés près de 70!!!% des crédits ministériels de fonctionnement, hors masse salariale. La Haute-Garonne (Toulouse, capitale régionale) concentre le tiers des crédits (soit 26!!!M€), l’Hérault (Montpellier, capitale de l’ancienne région Languedoc-Roussillon), un peu plus du quart (soit 22!!!M€) et le Gard, 10!!!% (près de 8!!!M€). Les enveloppes de crédits de fonctionnement des 10 autres départements varient de 1,8!!!M€ (Ariège et Lozère) à 3,8!!!M€ (Pyrénées-Orientales), soit de 2!!!% à 5!!!% du total régional. Rapportés aux populations départementales, ces montants varient de 7!!!€ (Aude) à 24!!!€ (Lozère, le moins peuplé de la région) par habitant, contre 10!!!€ par habitant pour le Gard et 19!!!€ par habitant pour la Haute-Garonne et l’Hérault.
Les crédits ministériels d’investissement ont été un peu moins concentrés qu’en fonctionnement en 2019, les trois premiers départements en agrégeant la moitié!!!; l’enveloppe directement attribuée au Lot a dépassé 2,2!!!M€ soit un peu moins de 9!!!% du total régional!!!; les Pyrénées-Orientales et l‘Aude ont mobilisé 7!!!% chacun de ces crédits (soit 1,7!!!M€ et 1,8!!!M€), le Tarn-et-Garonne et l’Aveyron, 6!!!% (soit 1,5!!!M€ et 1,3!!!M€). 

Sources et documentation

Insee, comparateur de territoires!!!: https://www.insee.fr/fr/statistiques/zones/1405599?debut=0&q=comparateur+de+territoire
Insee, statistiques locales!!!: h https://statistiques-locales.insee.fr/#c=indicator&view=map3
Insee, l’essentiel sur… -> par région!!!: https://blog.insee.fr/ma-region-cest-lessentiel/
Insee, statistiques locales dossier complet!!!: https://www.insee.fr/fr/statistiques/zones/2011101
Commissariat général à l’égalité des territoires, Observatoire des territoires!!!: https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/portraits-et-comparaisons-de-territoires
Nora Nafaa, «!!!Occitanie : un grand Sud attractif des Pyrénées à la Méditerranée!!!», in Éric Janin (sous la dir. de), Les 18 régions françaises, Ellypses, 2017

[1] Hors Guadeloupe, Guyane et Mayotte.
[2] Julia Chipy, Fabien Steinmetz, En Occitanie, 27 nouvelles zones d’emploi très diversifiées, Insee Analyses Occitanie, n°!!!96, septembre 2020.